Objets connectés : la sénatrice Catherine Morin-Desailly plaide pour un droit au silence des puces

Faut-il réguler spécifiquement le secteur des objets connectés ? La présidente de la commission de la Culture au Sénat en est persuadée. Catherine Morin-Desailly a déposé une proposition de résolution européenne sur l’encadrement des objets connectés et le développement de l’Internet des objets dans l’Union européenne.

Avec le développement des objets connectés, « des inquiétudes légitimes se manifestent quant aux usages qui peuvent être faits des données personnelles recueillies par ces objets ainsi qu’à la sécurité de ces dispositifs » explique Catherine Morin-Desailly dans les propos introductifs.

Elle cite en exemple des dispositifs « cruciaux dans la vie quotidienne voire même vitaux pour leurs usagers, » dans le secteur de la santé ou des voitures connectées et bientôt autonomes.

Dans la résolution, tout juste enregistrée au Sénat, mais que nous avons pu obtenir en avant-première, elle propose ainsi plusieurs pistes pour cet encadrement, mais sans définir ce qu’est un objet connecté.

Elle demande en premier lieu « l’adoption d’un outil réglementaire de reconnaissance et d’autorisation des objets connectés à destination des consommateurs européens prenant la forme d’une certification européenne ». L’idée ? Qu’une certification soit instaurée en Europe afin d’imposer un haut niveau de sécurité et de confidentialité.

Droit au silence des puces

source : Next INpact – Actualités http://ift.tt/1QwWIhs March 15, 2018 at 03:27PM