Après avoir révolutionné les systèmes d’information, le cloud bouleverse nos façons de travailler. Analyse de cette nouvelle révolution avec Laurent Gautier, Regional Sales Leader, Europe du Sud, chez DXC Technology.

Les entreprises ont très vite adopté les technologies cloud pour remplacer leurs environnements physiques, car elles leur offraient une totale souplesse. Avec le cloud, plus besoin de dimensionner et de faire évoluer serveurs et baies de stockage : les solutions en ligne accompagnent en temps réel les montées en charge. Libérées de la maintenance et de la mise en sécurité de ces infrastructures, les équipes informatiques peuvent se consacrer aux tâches présentant davantage de valeur ajoutée.

Aujourd’hui, le cloud va bien au-delà. « D’abord, des services cloud se sont imposés, et sont désormais utilisés quotidiennement par la plupart des entreprises – parfois sans même que les collaborateurs n’aient conscience de travailler en mode cloud », affirme Laurent Gautier. Parmi eux, les serveurs et sauvegardes en ligne, ou encore les services de messageries, les outils de CRM, les logiciels métiers en mode SaaS… « Ils ont ensuite été suivis par des outils métiers, des outils de calcul ou des applicatifs requérant de grandes capacités de traitement, pour le calcul de données ou la simulation, par exemple », poursuit Laurent Gautier.

Résultat ? Le cloud est devenu une plateforme qui supporte la refonte du patrimoine applicatif de l’entreprise. Et cette évolution impacte en profondeur les méthodes de travail. « Si une entreprise décide d’aller au-delà des outils de messagerie et de mise à jour de la suite Microsoft Office pour passer à Office 365, ce sont les processus même et l’organisation des équipes qui sont impactés. Cette migration devra alors embarquer les utilisateurs et les accompagner dans ce changement, vers plus d’autonomie, de souplesse, de collaboration, de mobilité… », conseille Laurent Gautier.

Pour bénéficier pleinement de cette nouvelle révolution du cloud, les entreprises ne peuvent donc se contenter de faire migrer leurs applicatifs en ligne : elles doivent faire évoluer leurs outils et en adopter de nouveaux. Sans oublier de repenser les liens hiérarchiques, tout en favorisant des pratiques comme le télétravail, le travail collaboratif en temps réel, l’agilité et le mode projet – à l’exemple de la méthodologie SAFe (Scaled Agile Framework), pour fédérer les projets reliés en mode agile et alignés sur le cloud. Autant de nouveaux modes de travail, souvent issus du monde des développeurs et adaptés à plus large échelle, qui accompagnent désormais l’exploitation des technologies cloud !