La Minute Santé : ces robots chirurgicaux qui opèrent du cancer

À l’Hôpital européen de Marseille, ils sont déjà plus d’un millier à être passés entre les bras mécaniques d’un robot chirurgien. Installés dans une cabine équipée de joysticks et de pédales, les chirurgiens gagnent aujourd’hui en précision avec l’apport de cette nouvelle technologie. "On est assis confortablement, donc on ne tremble plus. Les instruments du robot sont également plus précis et plus mobiles. La machine est très maniable", détaille le professeur Grisoni.

Le robot est utilisé dans plusieurs cas, comme la chirurgie urologique, digestive, thoracique ou gynécologique. Épaulé par un écran, les médecins peuvent voir en temps réel et surtout dans une qualité d’image inégalée l’opération en cours. "On est immergé à l’intérieur du patient, ça nous permet de réduire les erreurs, mais également de prémunir les hémorragies". Précieux pour les professionnels de santé, les robots chirurgicaux sont également une bénédiction pour le patient.

Grâce à cette nouvelle technique de soin, un passage sur le billard est moins douloureux. "On opère sous chirurgie cœlioscopique, c’est-à-dire en appliquant des petites incisions aux patients, il y a donc moins de douleurs, moins de saignement et surtout, on limite le traumatisme des organes qui sont autour," assure le spécialiste.

Dès l’ouverture de l’hôpital, l’achat d’un de ces robots était une priorité pour le directeur de l’établissement Jean-Luc Dalmas. "Cet achat est un plus pour le patient, grâce à ces robots, on ouvre à plus de personnes la possibilité de se faire opérer par cette technique." Cet équipement n’est pas une exclusivité à l’Hôpital européen, mais la version acquise par l’établissement est la toute dernière sortie par le constructeur Da Vinci.

"Notre volonté est vraiment d’ouvrir cette technologie au plus grand nombre, c’est pourquoi le patient ne paye pas de supplément s’il se fait opérer avec l’aide d’un robot." Pour agrandir son parc robotique, l’établissement a pu compter sur l’aide de la fondation Ambroise Paré qui a aidé au financement des 4 millions d’euros nécessaire pour s’offrir cette technologie de pointe.

source : Error 404 (Not Found)!!1 June 24, 2018 at 11:45PM