Cybersécurité : les collectivités territoriales, des cibles potentielles sous surveillance

Si elles n’en ont pas toujours conscience, les collectivités territoriales peuvent bel et bien être victimes de cyberattaques. Et ce, pour de multiples raisons. En cas de faute avérée, les sanctions encourues peuvent devenir particulièrement difficiles à assumer.

Une République numérique. C’est ainsi qu’a été baptisée la loi portée par l’actuelle secrétaire d’Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire, parue le 8 octobre 2016 au « Journal officiel ». Un nom ô combien symbolique et révélateur de la profondeur de la transformation vécue par l’ensemble de la société.
Celle-ci touche naturellement les collectivités territoriales, qui bénéficient des multiples avantages qu’elle génère, mais qui doivent, dans le même temps, composer avec de nouvelles obligations. Parmi elles, figure en tête de liste la sécurisation de leur système d’information.

En préambule de son rapport d’activité annuel paru en 2016, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) introduisait le sujet comme suit : « Les technologies numériques procurent des gains de productivité et sont donc source de richesse et de compétitivité pour notre pays, mais elles induisent également des vulnérabilités nouvelles. La cybersécurité est devenue, de ce fait, une condition structurante, non seulement de la sauvegarde de notre patrimoine économique et intellectuel, mais aussi de la protection physique de nos concitoyens. » Des propos signés Louis Gautier, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale.

Source : Cybersécurité : les collectivités territoriales, des cibles potentielles sous surveillance